Trois contes pour réchauffer l’hiver

En ce temps hivernal, qu’il est bon de se poser au coin d’un feu et d’écouter de belles histoires. Les trois contes étonnants que nous vous proposons ici évoquent chacun à leur manière le reconfort que l’on éprouve auprès d’une source de chaleur.

Laurence Merchet : « La petite fille aux allumettes » (Folio Cadet/Gallimard Jeunesse, 2004). LE0219 (dès 6 ans)

Ludivine Sagnier : « La petite fille aux allumettes » (Frémeaux & Associés, 2005). LE0232 (dès 6 ans)

Si ce conte d’Andersen est célèbre, c’est qu’il est d’une force poétique rare, en ce qu’il oppose l’atroce réalité d’une enfant qui se meurt dans le froid et le pouvoir qu’elle a de s’imaginer, à chaque craquement d’allumette, de précieux instants de chaleur.  Au travers d’un petit livre-CD illustré par Georges Lemoine qui joue à merveille sur la luminosité, Laurence Marchet nous relate ce drame d’une voix émue soutenue par des extraits judicieusement choisis de musiques classiques. Pour Frémeaux & Associés, Ludivine Sagnier interprète à son tour ce conte danois de sa voix délicieusement cassée. En choisissant un ton plus neutre, elle rend encore mieux l’intensité du texte hanté ici par la musique pour quatuor à vents de Vincent Bouchot.

Elisabeth Calandry : « La moufle, dans Contes d’hiver et de Noël » (Oui’dire, 2006). LF0163 (dès 4 ans) 

Noëlle Barthelémy : « La moufle, par Noëlle Barthelémy » (Actes Sud Junior, 2002). LE0525 (dès 4 ans)

Plus léger, ce récit populaire russe nous plonge en Sibérie où des animaux cherchent à se réchauffer à l’intérieur d’une moufle perdue dans la neige par un solide bûcheron. Dans une version enregistrée pour les éditions Oui’dire, Élisabeth Calandry nous tient en haleine, sans le moindre soutien musical, rythmant son récit par une comptine dénombrant les habitants de la moufle. Une autre version de cette fable cocasse et cruelle nous est racontée par Noëlle Barthelémy, qui adapte sa voix pour chaque animal, sur un CD accompagné par un beau livre illustré avec malice par Frédérick Mansot.

Alix Noble Burnand : « Le Noël de Monsieur Crochu » (VDE-Gallo, 1993). LE6241 (dès 6 ans)

Suite à une maladie des mains, un grand pianiste s’aigrit car il doit renoncer à son art. Mais sa vie va changer quand il est amené à s’occuper d’un enfant… Inspirée par Un chant de Noël de Charles Dickens, cette histoire qui parle elle aussi d’une belle humanité retrouvée – un cœur endurci qui se réchauffe – possède une aura plus actuelle. Alix Noble Burnand trouve les mots justes pour nous entraîner dans son récit avec une grâce qui n’appartient qu’aux grands conteurs. Les chants lunaires de Jean Daetwyler éclairent de fort belle façon ce conte de Noël qui a tout d’un grand classique.

Une réflexion sur “Trois contes pour réchauffer l’hiver

  1. Pingback: Ours de pouvoir, pouvoirs d’ours | Pic-Sons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.