Des papas de tous poils

Et si à notre naissance, nous pouvions choisir le papa de nos rêves ? Si lors de notre venue au monde, une kyrielle de papas nous attendaient alignés en rang d’oignons dans la chambre d’hôpital, tous à adopter… ? Imaginez le papa-tout-doux qui sent bon l’after-shave, tout disposé à nous câliner et à nous lire des contes de fées de sa voix chaleureuse, ou le papa-qui-pique, vêtu d’une chemise à fleurs, chapeau de paille et guitare à la main, papa poète et en-chanteur…
Ou encore, le papa sportif, aventureux, prêt à nous emmener faire les quatre cents coups dans le vaste monde.
Mais peut-être préféreriez-vous un papa jouette, blagueur et espiègle, qui raconte des histoires rocambolesques et palpitantes. Qu’à cela ne tienne, si vous ne les avez pas encore rencontrés, Pic-sons a choisi de vous les présenter : pour commencer, un trio de papas qui chantent leurs chansons et celles des autres ; ensuite, Dany Boon qui s’inspire de sa propre vie de papa pour jouer le papa-conteur délirant ; et pour couronner le tout, le roi des Papas alias Vincent Malone, qui cuisine, enfarine, triture, malaxe, mélange et remet à sa sauce les contes traditionnels sur un mode insolite et particulièrement hilarant.

Divers interprètes : « Les trois papas » (Enfance et musique, 2007). LJ9384 (dès 3 ans)

Dans ce CD original et familial de l’excellent label Enfance et Musique mené par les trois frères Caillard, ce sont les «papas» qui sont mis à l’honneur. Pour interpréter ce florilège de vingt chansons, Marc, Olivier et Benoît, qui sont également pères, n’ont pas hésité à embarquer enfants et mamans. L’une d’entre elles est bien connue des tout-petits. Il s’agit bien sûr de la chanteuse Hélène Bohy qui, pour notre plus grand bonheur, continue sa collaboration avec le guitariste Philippe Berthe.
Comme toujours, ils nous offrent des arrangements pour voix et instruments des mieux sentis.
Outre quelques chansons originales (« T’es tellement grand», «Papa poupées»), la joyeuse équipe nous a concocté un répertoire fait de chansons traditionnelles («Trempe ton pain», « Ne pleure pas Jeannette », «Le petit matelot») ainsi que des chansons d’auteurs de toute grande qualité (« Papa, maman » de Brassens, « Petit pas » de Jacques Serizier, « T’es tellement grand » de Michèle Guigon).
Chaque chanson, qu’elle soit d’hier ou d’aujourd’hui, dégage une fraîcheur acoustique revigorante. Et puis, il y a cet instant magique, à fleur de peau, où le splendide « Petit soldat » de Gérard Delahaye (qu’il a lui-même enregistré sur l’album Chansons de toutes les couleurs) devient pour l’occasion un dialogue à trois voix.
En bonus, des versions instrumentales invitent toute la famille à chanter. Et le plaisir est clairement prolongé par les illustrations malicieuses du livret signées Antonin Louchard.
C’est un vrai enchantement que ce voyage au pays des papas.
Rares sont les artistes «Jeune Public» qui possèdent en même temps un tel niveau professionnel, un tel sens de l’émotion et une réelle démarche pédagogique.

Discographie : Voir l’impressionnante discographie d’Hélène Bohy (Les p’tits loups du jazz…)

Jean-Luc François et Jean-Christophe Roger : « Allez raconte ! » (M6, 2006-2007). 3 DVD (dès 6 ans)

Chaque soir, « Tatadadaaaaaam ! », Papa (interprété par Dany Boon) sonne le clairon et annonce à la manière d’un «chapô journalistique» les grandes lignes de l’histoire qu’il a choisi de raconter à ses enfants, Pierre et Jeanne. Ils participent activement à la construction du récit, réagissent au quart de tour pour contester au passage les personnages ou le déroulement de l’histoire si ceux-ci ne leur plaisent pas. Jeanne ne rêve que de princesses amoureuses et de gentils dauphins, Pierre est avide de combats entre dragons horribles et monstres aux crottes de nez. C’est avec brio que Papa concilie les désirs de chacun, laissant libre cours à son inventivité et multipliant les rebondissements tirés par les cheveux. Débordant d’imagination, il crée des histoires absurdes et totalement débridées, teintées d’un humour noir décapant : un surfer au torse gonflé enlève une excentrique Princesse des plages dite aussi « la Princesse au bois flottant », Leopardo di Caprio tombe amoureux d’une panthère, sans oublier Jeanne d’Arc et ses moutons qui finissent sur un barbecue… Ainsi, Papa détourne et mélange des films, des récits ou épisodes historiques célèbres comme Le Cid, La Légende du Père Noël, les batailles de Napoléon, les aventures de Jackie Chan. Il tourne en dérision les ingrédients des contes traditionnels et n’hésite pas à ironiser sur des sujets sérieux comme la pollution ou le réchauffement de la planète. Quelquefois, le spectateur est en droit de se demander qui des enfants ou du père s’amuse le plus ! Et comme tous les papas, il a ses failles, et lorsque l’inspiration lui manque, il sort le drapeau blanc car ces diables d’enfants ne lui laissent aucun répit !
La série animée « Allez raconte » s’inspire directement des bandes dessinées de Lewis Trondheim, un des chefs de file de la BD alternative, et de son acolyte belge José Parrondo qui se situe dans la même mouvance. Si les épisodes, plus farfelus les uns que les autres, restent fidèles à l’esprit de la BD, les scénarios signés Émile Bravo et Jean-Louis Momus ont été écrits spécialement pour le petit écran. Les dessins de Parrondo conservent des traits simples et les personnages rigolos évoluent dans un décor minimaliste. Il en découle une animation fluide et vivement colorée.

Et pour le film, c’est ICI

Portrait : Vincent Malone, le roi des papas

Vincent Malone est un drôle d’oiseau : de musicien de studio pour la publicité et différents artistes, il est devenu le roi des papas, le seul, l’unique.
Musicien complet (trompette, guitare, piano…) au parcours atypique, Vincent Malone s’est fait la main pendant des années sur des musiques publicitaires. Parallèlement, il collectionne les échecs en s’essayant à une carrière en solo, jusqu’au jour où, avec le pianiste Hervé Lavandier, il se met à improviser en studio des mélodies connues en duo trompette-piano.
De « Voyage, voyage » à « New York New York », tout y passe, faisant s’écrouler de rire parents et amis à l’écoute des enregistrements.
Ces parodies seraient restées bien confidentielles si Les Nuls n’étaient pas tombés dessus, les diffusant au détour de leur émission quotidienne sur Europe 1. Vincent Malone devient dès lors un invité régulier de l’émission (on se souvient encore de sa version de «L’été indien» avec une Chantal Lauby qui chante comme une casserole pour le plus grand bonheur des auditeurs), passant également sur les plateaux d’Arthur, Thierry Ardisson et Jean-Luc Delarue.
Suivra « La Grosse Émission » de Dominique Farrugia sur la chaîne Comédie !, dont Vincent Malone deviendra le chef d’orchestre avec son groupe Les Rumbananas.

Pourtant, avant le succès du Roi de la trompette, Vincent Malone avait déjà foulé du pied la chanson pour enfants : en novembre1990, à l’occasion des fêtes de fin d’année, il enregistre des chansons un peu (voire franchement) idiotes pour ses trois enfants, Victor, Félix et Garance. Le roi des papas est né et ne cessera de faire parler de lui.
L’album sortira bien plus tard chez Naïve et de nombreux autres suivront : la série Le roi des papas, bien sûr (dont Le super papa comprenant le super-tube pipi-caca : le drôlissime « Merdocu » qui fait littéralement exploser de rire à la première écoute pour peu que l’on soit porté sur ce type d’humour), mais aussi des albums plus «conceptuels». On notera parmi eux La grande petite cuisine du roi des papas, luxueux livre-CD où il met sens dessus dessous la cuisine et ses ustensiles, ainsi que ses contes revus et corrigés (Le petit chaperon de ta couleur et Cochon-Neige) qui marqueront le début de la récente série des Contes mélangés aux titres aussi évocateurs que Le chat Beauté, Le prince pas charmant ou La princesse au petit pois dormant.

Pas politiquement correct pour un sou, Vincent Malone sait ce qui fait rire les enfants (et leurs parents), s’abstenant bien de leur faire la morale pour un oui ou pour un non comme bon nombre de ses collègues. Avec ses chansons à l’humour dévastateur, il sait faire vibrer la corde sensible des petits et des grands, même les plus grognons.
Des albums à écouter sans aucune modération, en famille, entre amis, avec ou sans enfants, car le grand talent de Vincent Malone est d’être merveilleusement fédérateur.
Voilà en tout cas le papa dont beaucoup d’entre nous ont rêvé et qui nous donne envie de rester, encore un peu, de grands enfants.

Discographie sélective :

  • Ultimate : le roi de la trompette (Naïve, 2003)  QH5360 (dès 6 ans)
  • Le roi des papas en conserve (Naïve, 2005) LJ1326 (dès 6 ans)
  • Le petit chaperon de ta couleur (Naïve, 2002) LE5561 (dès 6 ans)
  • La grande petite cuisine du roi des papas (Naïve, 2007) LE5563 (dès 6 ans)
  • Le prince pas charmant (Naïve, 2007) LE5565 (dès 6 ans)
  • Le chat beauté (Naïve, 2007) LE5567 (dès 6 ans)
  • Princesse au petit pois dormant (Naïve, 2008) LE5568 (dès 6 ans)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s