Dan SCANLON : « Monstres Academy »

Bien décidé à devenir une vraie terreur, Bob Razowski (Mike Wazowski dans la version originale) vient d’intégrer la célèbre Monstres Academy. Il y fait la connaissance de ses nouveaux camarades dont James P. Sullivan, dit Sulli, issu d’une famille dont la notoriété dans le monde de la Terreur n’est plus à faire. Leur relation s’annonce pour le moins explosive.

VM2814Ce serait mentir que de nier l’excitation sincère que certains d’entre nous ont ressentie à l’annonce d’une suite à « Monstres et Cie » sorti il y a plus de dix ans déjà. Pour être exact, il s’agit en fait d’un préquel des aventures de Bob et Sulli où nous suivons nos deux compagnons durant leur première « année fac » pour le moins mouvementée. C’est l’occasion bien évidemment de croiser des têtes bien connues (Léon par exemple) synonymes de clins d’œil fréquents et de sourires à peine masqués. Mais les références sont bien plus nombreuses (cinéma d’horreur, teenage comedy,… ) et jalonnent le film parfois même à l’excès. Car le principal reproche que l’on peut faire à  « Monstres Academy » c’est peut être son scénario prétexte donnant surtout aux spectateurs ce qu’ils sont venus chercher : des personnages et un univers attachants, des bons mots et – ne le nions pas – un savoir-faire technique indéniable. Si les années ont passé, les animateurs et graphistes ne se sont pas reposés sur leurs lauriers et ça se voit : couleurs chatoyantes, animation parfaite, sens du rythme et du montage… Tous les ingrédients sont là pour faire de « Monstres Academy » une réussite. L’effet de surprise du premier épisode fait cependant défaut tout comme l’ambition d’un récit plus riche. Qu’à cela ne tienne, cette nouvelle production Pixar possède suffisamment de qualité pour accrocher jeunes et moins jeunes. À travers le personnage de Bob les créateurs abordent pas mal de thèmes intéressants comme la confiance en soi, le besoin de considération, l’amitié, l’apprentissage.

Si dans l’ensemble la tonalité du film est la même que dans l’opus précédent (à savoir un savant mélange d’humour, d’action et de tendresse), « Monstres Academy » apparait par moment plus tendu et comporte quelques scènes qui pourraient déranger les enfants plus sensibles.

Il serait dommage de bouder son plaisir en snobant ce film qui aurait mérité un scénario plus abouti. Surtout que , hormis ce manquement, le duo Bob/Sulli fait toujours le plus grand bien aux zygomatiques des grands et des petits.

Dan Scanlon : « Monstres Academy »

(Buena Vista, 2013)

VM2814

Dès 6 ans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.