Pete DOCTER : « Vice-Versa »

cover_vv0448_scale_380x750Dans l’esprit de la petite Riley, 11 ans, Joie, Colère, Tristesse, Dégoût et Peur rythment la vie jusque là sans soucis de la petite fille. Mais un déménagement et les changements qui l’accompagnent vont venir perturber cette belle alchimie.

Né de l’imaginaire de Pete Docter (« Là-haut », « Monstres et Cie »), « Vice-Versa » aborde un thème commun à de nombreux films auxquels le réalisateur a participé (la trilogie « Toy story » notamment) à savoir le temps qui passe, la transition entre deux âges. Pour illustrer la mécanique complexe des émotions, Docter met en scène une jeune fille qui entre dans la délicate période de l’adolescence.

Si, pour des besoins scénaristiques, les émotions sont réduites au nombre de cinq (alors qu’on en dénombre en réalité une trentaine), « Vice-Versa » expose avec justesse et humour les enjeux émotifs qui structurent le quotidien de tout un chacun. L’une des réussites du film réside dans la personnification de chaque émotion et autres composantes de l’esprit humain. Car « Vice-Versa » ne se contente pas de passer en revue les sentiments dominants, mais explore également les mécanismes de la mémoire ou encore des rêves.

viceversa

L’intelligence du film vient en partie de sa vision, certes un rien schématique, tout à fait pertinente quant à la complexité des émotions et du lien qu’elles entretiennent avec l’âge (et le sexe) des personnages. En évitant tout manichéisme (la joie c’est nécessaire, la tristesse c’est mal), le film donne une vision juste et nuancée de l’importance de l’acceptation de ses émotions et de la nécessité de les laisser s’exprimer.

Pas de doute, les studios Pixar signent ici un petit bijou d’intelligence et de tendresse dans la lignée des chefs-d’oeuvre de leur catalogue comme « Wall-E », « Toy story » ou « Là-haut ». La complexité des enjeux, les va-et-vient réguliers entre l’esprit des personnages et le monde réel destinent ce film d’animation aux enfants de huit ans et plus. Et ce sont principalement les pré-adolescents et leurs parents qui en profiteront sans doute au maximum.

Pete Docter : « Vice-Versa »

(Buena Vista, 2015)

VV0448

Dès 8 ans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s