Muriel BLOCH : « Dans le ventre d’Anansi »

https://i2.wp.com/www.oui-dire-editions.fr/sites/default/files/products/images/odl709-a-9782917333334.jpg

Ça fait belle lurette que l’infatigable Muriel Bloch est passée maitresse dans l’exercice difficile de donner vie à des histoires enregistrées en studio (on va bien plus loin ici que dans de simples captations publiques) où rien n’est laissé au hasard dans le but de laisser une trace honorable, réécoutable à souhait.

Ce nouveau disque-recueil de contes est dédié à l’Afrique de l’Ouest, et au tissage en particulier.  Au départ, la raconteuse découvre les collages de tissus de William Wilson (c’est d’ailleurs une représentation d’un de ses masques de tissus qui a été judicieusement choisi pour illustrer la pochette du disque). Charmée, conquise, Muriel se bouge pour faire éditer un livre montrant le travail de Wilson en vis-à-vis de treize contes du monde sur le thème du tissage adaptés par elle-même (Samangalé, Éditions Giboulées, 2013). S’ensuivra le spectacle « Samangalé, contes tissés et métissés » mis sur pied avec le compositeur et guitariste Joao Mota (République de Guinée-Bissau) à partir de ce répertoire. Et, enfin, Les Éditions Oui’Dire lui donne l’occasion de sauvegarder sur disque le merveilleux travail réalisé au fil de ces rencontres passionnantes.

On retrouve la voix de Muriel qui raconte ces histoires avec le talent qu’on lui connaît, ainsi que la musique de Joao Mota (et de son comparse percussionniste Miguel Fernandez) qui apporte bien plus qu’une simple illustration sonore, rendant le verbe juste de Muriel encore plus hypnotique.

Ils sont irrésistibles, ces contes pleins de tendresse et d’espièglerie qui nous viennent d’Afrique et d’ailleurs. C’est que Muriel a le chic de rattacher ces vieilles histoires à nos manières de (mal) vivre. Et puis, on tombe et retombe avec plaisir dans la toile d’Anansi, figure de l’araignée rusée en Afrique de l’Ouest. On suit aussi avec grand intérêt les histoires de ces autres personnages fantastiques que sont « Alpha et Anta » et  « Samangalé, le cheval qui sait ». Enfin, on apprécie tout particulièrement que ce patchwork tissé de mains de maître se termine par l’histoire d’une femme qui est punie par un conte. Une sorte de « mise en abime – profession de foi » dans laquelle Muriel nous rappelle à sa façon toute l’importance de la transmission. Un recueil de contes enregistrés qui ne laissera personne indifférent, les petits comme les grands.

 

Muriel Bloch : « Dans le ventre d’Anansi »

(Oui’Dire Éditions, 2014)

LE1066

Dès 6 ans

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s