Jean-Pierre KERLOC’H : « La véritable histoire de l’apprenti sorcier »

Zingarino, Linette, Amadou et Tristane se rejoignent au pied d’une montagne. Poussés par le même désir de devenir sorcier, les quatre enfants (deux garçons et deux filles) se présentent devant le grand maître magicien au double visage, Alto Incantador. Les enfants viennent d’horizons différents. Ils ont des traits de caractère bien distincts et leurs motivations à devenir sorcier ne sont pas les mêmes. Seul l’un d’entre eux sera l’élu et deviendra l’apprenti du Maître. Pour ce faire, dans un monde mystérieux où magie et musique s’entremêlent, les quatre jeunes gens devront passer trois épreuves durant lesquelles ils devront vaincre la peur du mal en escaladant le Mont Chauve, la peur de l’inconnu en s’échappant des griffes de la terrible Baba-Yaga, et la peur de la mort en résistant à la danse macabre. Autant d’occasions de découvrir et d’écouter des extraits musicaux qui font échos aux thèmes des épreuves et qui sont issus de grands compositeurs tels que Modeste Moussorgski, Maurice Ravel, Hector Berlioz et Camille Saint-Saëns. Les enfants devront faire preuve de courage, de ruse et d’entraide pour s’en sortir… Avant de révéler l’élu(e), le grand magicien racontera aux enfants ses mésaventures du temps où lui aussi était apprenti sorcier… Et c’est là qu’on (re)découvre le célèbre morceau de Paul Dukas…

Vous l’aurez compris, ce récit palpitant à caractère initiatique est aussi un prétexte à voyager dans l’univers merveilleux de la musique classique et plus précisément dans celui des musiques de la sorcellerie, telles qu’elles se manifestent au 19ième (musique romantique) et au début du 20ièmesiècle.

La musique, le texte et les images de ce splendide album-CD illustré s’allient pour nous plonger dans un monde fantastique et sombre inspiré de contes traditionnels. Ils nous font vivre toute une palette d’émotions allant de la peur à l’apaisement.

 

Les sublimes illustrations de Rémi Saillard tantôt farfelues (la maison de Baba Yaga), tantôt inquiétantes (la mort jouant du violon) installent directement l’atmosphère. De puissants tableaux réalisés à la carte à gratter accentuent l’aspect dramatique du récit.

Pour couronner le tout, l’histoire nous est racontée par l’excellente comédienne et chanteuse lyrique Natalie Dessay, drôle et effrayante à la fois. De sa voix ensorcelante et habitée, elle incarne tous les personnages avec vigueur. C’est un régal de l’écouter dans le rôle de la terrifiante Baba Yaga. Elle ne manque pas d’humour ! Dans cette aventure, quel que soit l’élu(e), tous ressortent grandis car les enfants sont appelés à se surpasser, à être solidaires et à découvrir les pouvoirs qui sommeillent en chacun d’eux. Un album habile et attrayant qui nous fait vibrer d’émotions sur des musiques patrimoniales de grande qualité !

Jean-Pierre Kerloc’h : « La véritable histoire de l’apprenti sorcier »

(Didier Jeunessse, 2016)

LN0765

Dès 5 ans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s