De retour d’Anima

L’édition 2018 du festival Anima vient de se terminer, amenant dans son sillage son lot de – bonnes –surprises et de joie animée en pagaille. Petits et grands auront sans nul doute trouvé leur bonheur dans le large choix que nous proposaient les organisateurs. Voici une brève – et non exhaustive – rétrospective des prix décernés ainsi que quelques coups de cœur personnels. Suivez le guide.

Parmi les courts métrages primés, mentionnons The Green bird qui a reçu le prix du public du meilleur court métrage. Une jolie création drôle, colorée et touchante qui met en scène un oiseau (vert donc), qui va mettre tout en œuvre pour faire éclore son premier œuf.

 

Dans la catégorie des courts métrages « jeune public », c’est le film de Julia Ocker, La fourmi qui a remporté le prix. Habituée des films animaliers animés (voir la série des Animanimals), elle signe une histoire à la fois simple et très inventive.

Le prix de la critique (toujours dans la catégorie des courts métrages) a été décerné au Hedgehog’s home, un conte chaleureux autant qu’universel. Réalisé en stop motion, il s’agit d’une adaptation d’une histoire de l’auteur yougoslave Branko Ćopić.

 

Notons encore dans la catégorie des longs métrages cette fois les deux prix qui ont récompensé le magnifique Tehran Taboo du réalisateur Ali Soozandeh qui nous livre un portrait poignant dénonçant l’hypocrisie de l’actuelle société iranienne.

On a aimé

Parmi le vaste panel proposé par cette édition 2018, certains films ont particulièrement retenu notre attention. Commençons d’abord par l’un des films stars, Early man (Cro Man) des studios Aardman, spécialistes de l’animation image par image. Nick Park, le réalisateur, signe un nouveau petit chef d’œuvre de drôlerie typiquement britannique qui ravira les fans des Wallace et Gromit et autre Chicken run. La projection du film lors du festival fut aussi l’occasion d’assister à une rencontre avec Peter Lord, l’un des fondateurs des studios Aardman. Tout en décontraction, il est revenu sur les origines des studios, ses influences mais aussi sur les coulisses du film Early man. Par ailleurs, Peter Lord était également l’invité de l’émission Entrez sans frapper.

Plus sombre, mais tout aussi intéressant, la Gatta Cenerentola (La chatte Cendrillon en français). Produit par les studios italiens Mad Entertainment, ce conte dystopique adapté d’une version italienne du célèbre conte (plus brutale que celle des Perrault) offre une vision à la fois contemporaine et futuriste d’une ville de Naples gangrénée par la corruption.

Difficile aussi d’oublier le très beau Breadwinner (Parvana) de Nora Twomey. Projeté comme film d’ouverture, il s’agit de la deuxième réalisation de la cinéaste après Brendan et le secret de Kells (coréalisé par Tomm Moore avec qui elle travaillera aussi à l’écriture du Chant de la mer). Nora Twoney adapte ici une nouvelle de Deborah Ellis qui narre la vie pour le moins compliquée de Parvana et de sa famille à Kaboul en 2001. Très réaliste dans son évocation du quotidien afghan d’alors, le film se veut également humaniste et ponctuellement plus onirique.

 

Pour les – beaucoup – plus jeunes, notons également Rita et crocodile, une série de 6 courts métrages où la petite Rita accompagnée de son ami le crocodile va découvrir le monde et vivre de belles expériences. De belles histoires, simples et colorées à destination des enfants de 3 ans et plus.

En attendant de pouvoir profiter pleinement de tous ces films chez vous, n’hésitez pas à vous replonger dans les nombreuses sélections des éditions précédentes du festival. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.